Sorcier en formation tome 1 : l’envol de TJ Nichols

Titre Sorcier en formation 1.L’envol

Auteur TJ Nichols

Éditeur Reines-beaux

Date de sortie 26 février 2020

À commander en suivant ce lien https://amzn.to/39aeA06

Un titre découvert grâce à Netgalley et à l’éditeur.

Vous êtes fan des histoires de sorciers? Vous avez longtemps attendu votre lettre de Poudlard? Vous aimeriez posséder des pouvoirs magiques? Tout vous paraît merveilleux dans le grand monde de la sorcellerie?

Attendez vous à être secoués par ce sorcier en formation que nous propose TJ Nichols.

Pour Angus Donohue, étudier dans une université de sorcellerie ne relève pas du rêve, bien au contraire. Qu’à cela ne tienne, il n’a qu’à démissionner. Rien de plus simple; il suffit de partir et de suivre sa vraie vocation, soigner les gens, vivre libre.

Sur le papier, ça pourrait marcher. Mais le père d’Angus est un homme trop haut placé pour accepter cet affront. Alors il ne reste qu’une solution, se faire renvoyer. Mais sans avoir l’air de le faire exprès. En se révélant un étudiant médiocre, … pas sûr que ça suffise. En ratant une des épreuves majeures? Ah, là déjà, on tient quelque chose.

C’est ainsi qu’Angus décide d’échouer à l’épreuve d’invocation. En effet, les sorciers ont besoin d’invoquer un démon. Pas n’importe lequel. Un démon qui vient de Démonie, de l’autre côté du vide, et va leur être attaché jusqu’à la mort. Comme un animal de compagnie? Pas tout à fait. Ce serait plutôt comme un réservoir à magie. Le sorcier puise sa magie dans son démon et l’utilise selon ses besoins.

Les règles non écrites encadrent, en principe, les relations entre ces deux faces du monde de la magie et limitent les risques.

C’est en tous cas ce que prétend le pouvoir, mais que les clandestins, des sorciers renégats conteste. Angus, par son ex Jim, a déjà entendu parler de ces doutes. Mais entre son père jamais satisfait et sa propre histoire, il a d’autres chats à fouetter que de penser résistance. Comme la façon de quitter l’université par la petite porte.

C’est donc cette épreuve d’invocation qu’Angus veut rater. Il y réussit, … d’une certaine façon. Car s’il parvient à invoquer un démon, ce n’est pas un petit Manticore de rien du tout qui sort de son cercle magique. Non, c’est un mage puissant, Saka, qui loin de se soumettre, l’entraîne de l’autre côté. En Démonie ou Arlyxie. Dans le monde des démons qui se meurt des excès des sorciers. Si côté pile, le climat vire vers un âge glaciaire, du côté des démons, c’est le désert brûlant qui gagne du terrain faute d’un rééquilibrage des dons magiques.

Un rééquilibrage qui peut s’obtenir par le sang d’un sorcier, par son âme, ou par son énergie sexuelle, voire un savant mélange des deux. Inutile de vous dire quelle voie a la préférence du mage Saka avec son sorcier.

S’ensuit une homoromance sensuelle autour de Saka et Angus, mais aussi une histoire complexe qui ne se résume pas, évidemment, à la relation entre le sorcier et son démon. Celle-ci est intense, explicite, et monte en intensité tout au long de l’histoire.

J’ai été emportée sur les pas d’Angus qui ne sait où, ni comment se situer. Si la vie de sorciers ne lui convient pas, malgré l’attirance simple qu’il développe pour son tuteur d’études Terrance, il sait aussi qu’il ne peut rester indéfiniment auprès de Saka. Le souhaiterait-il d’ailleurs?

J’ai aimé cet aspect de l’histoire, et les hésitations qui agitent le personnage. Choisir la voie préconisée par ses parents? Rentrer dans le rang? Se faire sa propre opinion quitte à entrer en opposition avec l’autorité?

Cette composante majeure du roman, si elle est ici apposée à cette fantasy contemporaine, pourrait convenir à tant d’histoires.

Il en est de même pour la notion d’équilibre rompu dans l’exploitation de l’autre, de sa richesse et de ses ressources. L’évolution des deux mondes, parallèles et tellement interdépendants, fait forcément écho aux grands débats qui nous agitent.

Je ne suis pas familière des homoromances, mais la couverture ainsi que le résumé de ce livre m’ont donné envie de m’y plonger. Je ne le regrette pas un instant. Je me suis attachée à Angus et à son désir de trouver sa propre voie, celle qui permettrait à tous d’atteindre l’harmonie.

J’ai été fascinée par le monde que lui fait découvrir Saka, le fragile équilibre dans lequel il tente de se maintenir entre son peuple, ses responsabilités et son amant. D’ailleurs l’évolution de la relation entre Saka et Angus m’a donné envie d’en savoir plus.

Surtout que, sans rien spoiler, ce tome se termine alors que le monde des sorciers et des démons se trouve à un carrefour, à l’aube d’un nouveau jour, ou d’une catastrophe. Et que j’ai déjà envie d’y être pour savoir.

N'hésitez pas à me laisser un petit commentaire