Not for you de Marion Carmin

Titre Not for you

Auteur Marion Carmin

Éditeur Éditions Addictives

Date de sortie 3 février 2020

Un titre à commander ici https://amzn.to/2RM40WY

J’aime découvrir de nouvelles plumes. Grâce à ce blog, j’en ai régulièrement la chance. Marion Carmin ne fait pas exception. Le roman qu’elle nous propose a été sélectionné suite à un concours sur les amours interdites. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que pour un premier coup, c’est une grande réussite.

Andreas est de retour à Paris après cinq ans de voyage autour du monde. Il a eu, à un moment de sa vie, besoin de tout quitter, travail, appartement, luxe et confort, pour donner un sens à sa vie. En partant ainsi il a aussi laissé ses parents et son jumeau Edouard, ainsi que Faustine, sa meilleure amie pour lesquelles il nourrissait des sentiments bien plus qu’amicaux. Mais ça, c’était Avant.

Avant qu’il ne rentre, pour le mariage de son frère, et qu’il ne réalise que sa future belle-soeur n’est autre qu’ELLE. Faustine, son démon tentateur, sa meilleure amie devenue sa pire ennemie, sa confidente, sa blessure, son regret, l’Intouchable.

En tous cas sur le papier. De l’eau a coulé sous les ponts depuis leur complicité passée. Des malentendus les ont séparés. Mais leurs retrouvailles ont tout de la collision. Collision entre le passé et le présent, entre l’idéalisation de ce qui aurait pu être, et la réalité de ce qui est.

Andreas n’est pas le genre d’homme à trahir son frère, même si le passé les a souvent placé en concurrence. Donc, son choix devrait être limpide. Pourtant, il n’est pas non plus homme à plier devant la fatalité. Sa vie lui a appris aussi que chaque décision a des conséquences et que la vie ne peut se bâtir sur des regrets, quel que soit le prix à payer.

Andreas est face à un dilemme terrible. Et ce ne sont pas Wyatt, son meilleur ami et désormais colocataire, ni Stan, le frère de Faustine, qui vont l’aider. Seule la certitude que son amour perdu est heureuse le pourrait.

Mais Faustine l’est-elle, heureuse?

Dans ce roman, j’ai pris plaisir à suivre le jeu du chat et de la souris entre Andreas et Faustine, Marion Carmin nous entraîne dans une histoire intense en émotions et en charge sensuelle. Ôtez toutes les matières inflammables du milieu, c’est plus sage!

La progression des sentiments et des doutes est menée avec finesse, avec tous les à coups nécessaires. Rien n’est évident entre Faustine, Edouard et Andreas, parce que la situation elle-même est juste inextricable. Parce qu’il y a trop de sentiments en jeu, mais aussi des apparences à préserver, des entourages à ménager et tout un tas d’obstacles, réels ou supposés qui se dressent sur la route.

J’ai aimé que l’auteure, au lieu de se retrancher derrière des clichés qui auraient rendu l’intrigue simple, fasse le choix d’assumer que rien ne peut être aisé dans un amour interdit comme celui-ci. Personne ne « mérite » que l’histoire se finisse mal pour lui ou pour elle et chacun a droit à sa part de bonheur et d’amour véritable. Et si celui-ci, c’était d’accepter de voir l’autre heureux, mais avec quelqu’un d’autre? Vaste débat que Marion Carmin résoud avec brio.

Les personnages ont des tempéraments bien marqués et j’ai beaucoup apprécié l’alternance de joutes verbales saignantes et de moments à coeur ouvert. Et que dire de l’enterrement de vie de célibataires? Une de mes scènes favorites, sans conteste!

Si je devais retenir un bémol à mon ressenti, plus que positif, c’est dans la longueur qu’il réside. Peut-être parce que je dois moi-même m’obliger à utiliser le coupe-coupe pour rendre mes histoires plus courtes, ou plus sûrement parce que j’ai pris un plaisir immense dans cette lecture, je l’aurais aimée un peu plus longue.

Non pas qu’il manque quoi que ce soit à un récit dense et très bien mené. Mais j’aurais bien pris une dose supplémentaire de l’ambitieux Edouard, du passionné Andreas, de la turbulente Faustine, de l’amusant Wyatt, de l’espiègle Marion et de tous ces personnages hauts en couleurs qui m’ont donné une envie, celle de retrouver, très bientôt, la plume de Marion Carmin.

N'hésitez pas à me laisser un petit commentaire