First. Heart Games d’Axelle Blue

Titre First. Heart Games

Auteur Axelle Blue

Éditeur Éditions Addictives

Date de sortie 9 septembre 2019

Un titre à commander sur Amazon en suivant ce lien https://amzn.to/2MeFIkt

Le nouveau roman d’Axelle Blue, que certaines connaissent peut-être sous une autre identité (ça fait très wonderwoman, j’aime bien) est une plongée dans l’univers assez peu exploité en romance des Casinos. Non non, pas une romance en milieu commercial de grande surface!

Le Casino, le temple de la débauche, du jeu à outrance et de toutes les extravagances, là où on peut manger un camembert à n’importe quelle heure de jour ou de la nuit en contemplant Vegas briller au milieu du désert. Là, surtout où on peut gagner une fortune sur un coup de dés ou tout perdre à tapis. Là enfin ou entre le Bellagio, le Cesar’s Palace et d’autres noms prestigieux, le Vitalis, un casino plus familial, tente de sortir son épingle du jeu. Et pour y parvenir, il a un sacré atout, jusque là peu exploité, la fille de la famille, Nora, une métisse aussi talentueuse dans le relationnel que dans sa véritable vocation, contrariée par devoir familial.

Pour l’heure, elle est en charge d’organiser un tournoi de poker. Un tournoi? Non, LE tournoi! Celui qui va attirer les plus grands joueurs, les meilleurs sponsors et aussi, par ricochet, des tonnes de joueurs, de badauds et de touristes. Surtout que si certains joueurs professionnels écument les casinos et les grands tournois, il faudra compter cette fois sur le mystérieux et jusque là anonyme As de Coeur.

Deamon Williams. Rarement les premières pages d’une romance ne m’avaient montré un personnage principal aussi déroutant. D’un charisme à faire se damner une candidate à l’abstinence éternelle, il cultive une attitude de mufle, de malotru, de goujat, … disons le clairement de connard! Il consomme les femmes et les cigarettes avec la même insouciance, le même mépris.

Il joue avec le même détachement, pas tant par addiction, ni pour flamber, mais comme la seule occupation lucrative qu’il maîtrise. Et soyons honnête, il fait mieux que maîtriser.

Dans les premières pages, je me suis demandée comment l’auteure parviendrait à me faire aimer ce personnage si froid et cynique, parce qu’on est bien d’accord qu’un beau gosse ne fait pas tout.

En fait, elle l’a parfaitement fait en passant du côté pile. Derrière la façade arrogante se cache un autre personnage. Un homme solide pour ceux qu’il aime, capable de tout pour veiller sur eux, y compris de se mettre dans un sacré pétrin. Y compris de prendre une décision aussi délirante que participer à un tournoi de poker international, lui qui ne sévit que sur la toile ou dans des salles clandestines.

À lui Vegas, à lui le Strip et ses lumières, à lui le casino Vitalis … et cette femme incroyable qui éveille en une fraction de seconde bien plus que son insatiable libido.

Commence alors un roman passionné à deux voix, qui permettent de creuser bien plus loin que les apparences et cet improbable coup de foudre.

Je pensais me plonger dans une romance légère et très très passionnée. Mais il y a bien plus dans ce jeu de coeur!

On y parle dévouement, et tout ce que l’amour rend capable de faire de plus fou et de plus irraisonné. On y évoque l’opposition entre le devoir et la passion, entre les destins tout tracés et les rêves que l’on nourrit secrètement. On y voit que l’amour véritable, celui qui rend capable de tout plaquer en un claquement de doigts, c’est aussi celui qui nourrit, soutient, encourage les rêves, celui qui lit en l’autre mieux que lui-même. Et j’avoue que cet aspect m’a touchée bien plus que je ne m’y attendais, comme un écho très familier.

Mais j’ai aussi aimé les thèmes développés en parallèle de cette romance, celui de la famille et de ses liens complexes par exemple. Il y a entre les deux protagonistes des similitudes certaines à ce sujet, dans leur dévouement total et pourtant, des fossés intenses qui parleront à beaucoup.

Axelle Blue profite aussi de son roman pour aborder des thèmes lourds, qu’il est difficile d’aborder sans spoiler un morceau de l’histoire. Mais j’aime que la romance permette de se pencher aussi sur la condition des femmes ou d’autres sujets moins fréquemment abordés. Mention spéciale à l’auteure pour le personnage de Houston que j’aurais aimé connaître mieux encore.

Au final, j’ai passé avec Daemon, Nora, Kate Houston et les autres un excellent moment qui mêle une romance efficace et passionnée à une vision d’un monde réel capable du meilleur, mais pas que.

Un monde où le danger, les regards lourds et les carcans peuvent briser les ailes. Un monde où l’amour, l’amitié, une main tendue au bon moment, permettent de briser les chaînes qui nous entravent ou qu’on s’impose pour toucher au bonheur.

Le tout est de savoir à quel moment faire tapis. Une chose est sûre, Axelle Blue l’a fait pile comme il fallait!

N'hésitez pas à me laisser un petit commentaire