10 bonnes raisons de te détester d’Emma Green

Titre 10 bonnes raisons de te détester

Auteur Emma Green

Éditeur Éditions Addictives

Date de sortie 14 Août 2019

Un titre à commander sur Amazon en suivant ce lien https://amzn.to/2TjbrnX

Gabrielle Marceau, jeune cheffe, mère de deux jumeaux aussi attachants qu’opposés, est une fan de listes.

Elle fait la liste des raisons pour lesquelles il est judicieux de plaquer toute sa vie pour partir à l’autre bout du monde, ses jumeaux sous le bras.

Elle fait la liste des raisons pour lesquelles laisser son frère Hadrien, son meilleur soutien, à des milliers de kilomètres, n’est peut-être pas l’idée du siècle, même si ça va lui permettre de prendre un peu de distance avec l’humour particulier de Simon, l’amoureux d’Hadrien.

Elle fait la liste des raisons pour lesquelles débarquer par surprise dans le petit paradis que s’est construit Art Pearson est une très très mauvaise idée. Quoique.

Pourquoi je dis ça? Voyons.

1.Art Pearson est un personnage intense (et pas que par son corps de rêve, même si on se l’accorde, ça ne gâche rien, bien au contraire).

2.C’est un mec bien. Il résiste à la tentation du fric facile pour construire un monde respectueux de l’environnement et des autres, un monde à sa mesure.

3.Ce mec a l’air de savoir tout faire. Bâtir des bungalows de ses mains, surfer comme un Dieu (argggggg non je bave pas!). Enflammer les petites culottes, oups je m’égare.

4.Ce type a un tempérament de feu qui donne envie de l’épouser ou de le tuer (dans l’ordre de votre choix).

5.Il est plein de fêlures sous l’armure. Et ça, j’avoue, ça me fait fondre.

6.Il a beau refuser toutes les attaches, il veille sur ceux qui lui sont chers à la façon d’un patriarche et j’aime cette attention à tout et chacun.

7…. Vous croyez que je vais passer ma chronique à faire des listes ou quoi? Je ne suis pas Gabrielle, moi!

Dès leurs retrouvailles, Art et Gabrielle menacent l’équilibre de leur île. Leurs tempéraments sont explosifs, leurs joutes verbales sont aussi piquantes que jouissives. L’attraction qui leur a offert une folle nuit, sept ans plus tôt, couve sous la cendre et n’attend qu’une étincelle pour rejaillir, même si dans un premier temps, ce sont plutôt les mauvais sorts et les tirs de mitraillettes visuelles ou verbales qui rythment leurs face à face.

Ce qui donne un équilibre très précaire que les Emma Green prennent plaisir à retranscrire avec leur verve habituelle. Et j’ai savouré un mélange où les sourires le partagent à la sensualité, mais aussi à tout un panel d’émotions qui risquent de faire chavirer vos petits coeurs.

Une grande partie d’entre eux est liée à la présence des jumeaux. Une fusée aussi intrépide que sa mère, qui ne se calme que dans son sommeil -et encore dans des positions tout aussi acrobatiques que de jour. Un penseur silencieux, qui observe, décortique et émeut par sa détresse. Un binôme qu’on a envie de dévorer de bisous -du moins quand ils dorment.

De leurs interactions avec les autres personnages découlent toute un arc en ciel d’émotions qui n’ont pas manqué de parler à la maman en moi.

Et que dire des personnages secondaires? Les mousquetaires d’Art, hétéroclites et pourtant entièrement dévoués à leur ami. Une réceptionniste au grand coeur, qui ressemble à l’amie « coup de foudre » qu’on découvre en un clin d’oeil. Une gouvernante aux proverbes improbables, mais à la sagesse absolue. Une ex …grrrr rien à en dire ou il faudrait censurer.

Des familles éclatées, boiteuses, certaines où on s’aime sans savoir se le dire, d’autres où on se dit tout, parfois maladroitement. Et ces ombres qui obscurcissent un regard, voilent un coeur, délimitent un avenir, mais en débloquent d’autres parfois.

Vous l’aurez compris, j’ai aimé ce nouvel opus d’Emma Green. Comme à chaque fois diront certains esprits chagrins. Ils n’auront pas tort. Il y a un ou deux titres avec lesquels je suis un peu moins en phase, mais je suis une Greenie assumée. Mais chaque fois, c’est pour des raisons différentes que je suis sous le charme de leur plume.

Cette fois-ci, parmi les raisons qui m’ont embarquée, il y a le fait que, en plus d’une romance très bien fichue avec une intensité sensuelle marquée mais aussi une lutte interne et externe très forte entre les héros, la romance impacte de nombreuses autres personnes, qui n’ont rien demandé à personne à part leur petite place au paradis. Que ce soit dans un décor de carte postale ou dans le coeur de leurs parents, quelle que soit la façon dont on le devient.

Alors si vous voulez profiter de la fin de l’été dans un décor de rêve, vous laisser emporter dans une romance intense et vibrer avec Gabrielle, Art et leurs tribus de sang et de coeur, si vous voulez laisser un peu de magie et beaucoup de passion entrer dans votre liseuse, n’hésitez pas.

Et on en reparle, mais je suis sûre qu’à la dernière page vous aurez, vous aussi, au moins 100 bonnes raisons d’avoir dévoré ce livre et tout autant de confirmer votre attachement à la plume d’Emma Green. Pour ma part, pari tenu!

N'hésitez pas à me laisser un petit commentaire