Apprends moi le désir d’Anna Wendell

Apprends moi le désir d’Anna Wendell

Titre Apprends-moi le désir

Auteur Anna Wendell

Éditeur Éditons Addictives

Date de sortie 19 Avril 2019

Un titre à commander chez Amazon en suivant ce lien https://amzn.to/2Xo5feU

Aujourd’hui, je voudrais vous parler d’une romance atypique, aux personnages cabossés mais très forts, à l’intrigue fouillée et originale, Apprends-moi le désir. Une romance? Oui, et très belle et sensuelle, mais pas seulement une romance. Un roman inspiré sur la reconstruction et la résilience, sur la culpabilité et les raisons de s’accrocher, sur les deuxièmes chances et la rédemption. Bref une romance qui, par bien des aspects, montre encore que la romance, c’est pas juste « ah oui, les livres à l’eau de rose avec plein de sexe dedans »! Non non, une romance, c’est avant tout un champ large qui permet d’aborder des thèmes forts de la vie (et la sensualité en fait partie, non?). Et dans ce domaine, autant le dire tout de suite, j’ai trouvé dans Apprends-moi le désir de nombreuses raisons de vibrer et de réagir.

Apprends-moi le désir, apprends-moi à avancer, apprends-moi à vivre, …

Le roman d’Anna Wendell mériterait tous ces titres. Dans un cadre proche du huis-clos en pleine montagne enneigée, elle nous propose une romance originale et puissante, avec des personnages hauts en couleur, dont le vécu ne peut laisser indifférent.

Que feriez-vous à la place de Jérémy, le ténébreux bûcheron ? Alors que vous avez fui la civilisation et ses dangers pour mettre à l’abri l’être le plus précieux de tous, alors que seule une discipline obsessionnelle vous maintient à peu près à flots, déboule dans votre vie une créature doucement barrée, totalement imprévisible, aussi porteuse d’embêtements qu’un chat noir passant sous une échelle un vendredi 13. Oui, mais une femme qui, pour la première fois, éveille en vous tout ce que vous croyiez mort, des sentiments et des sensations qui vous ressuscitent autant qu’elles vous effraient.

Que feriez-vous à la place de la miss catastrophe Annaelizy’AH (que nous appellerons Liz pour des raisons évidentes de commodité), si vous étiez chassée de Célestaos et de votre condition d’ange par Micha’El, chef au paradis, pour une année au moins?

Certes, Liz a toujours été curieuse du sort des humains. Mais il y a un gouffre entre tout vouloir connaître de leur vie et atterrir dans un lieu particulièrement inhospitalier, seule, sans défense ni connaissance, surtout lorsque la première personne qu’on croise est un ours mal léché que le destin semble s’acharner à placer sur votre chemin.

Ce roman m’a profondément touchée parce qu’il présente un équilibre fragile et évident. A priori, Liz semble avoir besoin de secours et n’avoir été créée que pour mettre le bazar dans la vie de son bon Samaritain. Mais la situation est loin d’être aussi simple!

Le personnage de Jérémy est d’une complexité qui ne m’a pas laissée indifférente. Moi, la reine du bazar, j’ai forcément été secouée par ce maniaque du contrôle, que l’auteure a minutieusement décrit.

Sa façon de lutter pour tenir à bout de bras une vie qui ne demande qu’à s’effilocher force le respect. Et même si certaines réactions m’ont donné envie de lui mettre une claque derrière la tête pour qu’il réfléchisse d’abord avant de se laisser emporter, la plupart du temps, j’ai été émue. Sa clairvoyance m’a touchée. Il connaît ses démons, il sait à quel point son comportement impacte son entourage. Il a beau savoir que ce n’est pas suffisant, il fait de son mieux, et c’est déjà énorme. Face aux épreuves que la vie dresse devant lui, d’autres, et pas des moins solides, pourraient baisser les bras, se laisser couler. Mais il y a Meline, la prunelle de ses yeux.

Autant le dire, Meline est l’un des atouts de ce roman. Sa place dans le récit et dans l’interaction entre les personnages est évidente. Mais là aussi, Anna Wendell a mis un soin tout particulier à dépeindre cette enfant aux fortes capacités d’adaptation. Elle s’acclimate aux phobies de son père avec une maturité déconcertante, mais par moment ressort la fillette, fan de Starwars et avide de câlins.

Sa situation a particulièrement parlé à la maman en moi.

Et puis, il y a Liz, … Solaire et lunaire dans certaines des ses réactions, perdue, mais tellement résolue pour les questions importantes, naïve et ignorante des choses de l’amour, et pourtant si réceptive dans les moments incandescents qui jalonnent ce roman. Et ils sont nombreux, et ils sont très réussis.

Le récit que dresse Anna Wendell est fort par les sentiments qui y pullulent et m’ont régulièrement transportée. Il est intense par l’intrigue qui s’y développe et dont je ne voudrais pas vous dire trop, pour ne rien gâcher de votre découverte. Il est bouillant de sensualité, mais ne se résume pas à une simple histoire de sexe.

Bref, vous l’aurez compris, dans la très jolie galerie des romances de ce printemps, Apprends-moi le désir mérite une place particulière. Elle l’a déjà gagné pour moi. Ayant malheureusement raté Arrogant Lover à l’automne, je ne connaissais pas encore la plume d’Anna Wendell. Une erreur que je suis plus que comblée d’avoir réparée grâce aux Éditions Addictives, que je remercie pour leur confiance, et un nom supplémentaire sur ma liste des auteures à suivre!



N'hésitez pas à me laisser un petit commentaire