L’infiltration #1 de Fanely Scott

 

Titre L’infiltration

Tome 1

Auteur Fanely Scott

Éditeur BMR

Date de sortie 30 janvier 2019

À commander sur Amazon en suivant ce lien L'Infiltration - tome 1

Un titre découvert grâce à NetGalley et aux Éditions BMR.

L’un des avantages de la romance, n’en déplaise à certains esprits réducteurs, c’est qu’elle permet de passer d’un genre à l’autre avec autant de facilité qu’il y en a à ouvrir un nouveau fichier sur sa tablette ou à aviser une nouvelle couverture.

Et c’est exactement ce qui m’arrive avec cette deuxième chronique consécutive d’un titre des Éditions BMR.

Hier, je vous parlais d’une romance opposant deux jumelles irréconciliables. Aujourd’hui, je vous entraîne dans le premier volet de la romance de Fanely Scott, l’Infiltration, une romance teintée d’un polar particulièrement réussi.

Kris, Kristen ou Krista, selon qui s’adresse à elle, est un agent de la brigade anti-terroriste. Elle y est entrée pour une raison personnelle qui a déterminé à la fois son engagement, mais aussi sa relation aux autres.

Et c’est cet engagement qui la mène en infiltration, sous les ordres de Paul Niels et avec l’aide de Mira, la responsable en sécurité informatique qui construit toute sa fausse identité.

Parce que la mission de Kris est aussi extrême que dangereuse. Elle doit infiltrer une organisation terroriste, que les forces de l’ordre appellent les Anars. Et on imagine bien que ce n’est pas une mission qu’on fait entre deux cours de yoga! Non, le travail de Kris l’occupe sur de très longues semaines, même des mois, pendant lesquels elle se coupe de tous ceux qui font sa vie. Famille, amis, collègues, elle doit tout laisser derrière elle, quel qu’en soit le prix.

Ce sacrifice, elle le fait en pleine conscience, au nom de ses idéaux. Mais pour être crédible, elle doit tout mettre de côté pour rentrer dans le moule de cette organisation hyper méfiante et soudée, qui fait de New York son terrain d’action et sa couverture protectrice.

Pourtant, les caméras sont partout et la foule, traditionnelle alliée des fugitifs et des marginaux, ne l’est plus tant que ça, dès lors qu’on sait ce que l’on recherche, ou plutôt qui on recherche. Et l’efficacité des anars trouve son parfait pendant dans la méticulosité des forces de l’ordre. Aussi, les informations de première main sont-elles d’une nécessité cruciale.

Ce travail est méticuleux. Il entretient dans la narration une délicieuse frustration. Impossible de brûler les étapes et, comme Kris, on se retrouve parfois à piaffer pour en apprendre plus, pour aller plus vite, pour permettre à la jeune femme de retrouver plus vite les siens et un semblant de vie normale.

Mais la nécessité en décide à sa guise. Kris se retrouve alors peu à peu intégrée dans l’organisation grâce à Alex, une jeune femme dont elle fait sa complice involontaire. Progressivement, elle fait ses preuves. Peu à peu, elle découvre des bribes d’organisation, d’histoires et de toute la mémoire commune du groupe.

Alors commence une longue descente dans cet univers parallèle, qui se chiffre en longues semaines et en mois pendant lesquelles la jeune femme ne peut compter que sur elle-même ou presque. Kris l’observe, l’espionne, mais elle doit donner le change. Pourtant, que ce soit KJ, le charismatique chef, Louis, le préparateur sportif aux allures de meilleur ami amoureux, ou Betty à la fois médecin miracle et substitut maternel, les personnages attachants sont nombreux.

Mais il y a surtout Hugo, imprévisible, ténébreux et diablement attractif, accompagné de la belliqueuse Lauren. Il est capable du meilleur comme du pire, dans ses actions pour le groupe, mais aussi par rapport à Kris qu’il déstabilise autant qu’il l’intrigue, qu’il attire autant qu’il l’inquiète.

La dynamique entre les deux personnages est l’un des ressorts de ce roman. On pourrait parfois être agacés des volte-faces et des valses hésitations, mais elles sont nécessaires à la crédibilité de l’intrigue et de chacun.

Kris est une femme forte, inébranlable dans ses convictions et qui croit plus que tout en la justice et la loyauté. Pour cette raison, elle a parfois du mal à se positionner dans sa mission. Non pas que ses croyances vacillent. Mais l’immersion dans ce monde à part, qui vit à la fois dans la société, tout en en restant parfaitement isolé, la met face à une autre force de loyauté. Les anars forment une sorte de famille qui fait passer le groupe avant l’individu, quel qu’en soit le prix.

Dans cette optique, le roman recèle des moments de communion très forts, des instants où tout le groupe s’unit dans un but commun. Et il est alors quasiment impossible de rompre le cercle ou de douter de sa capacité à réussir. Que ce soit dans des moments joyeux où lorsque la fatalité frappe, l’auteure parvient à rendre tangible toute la force du lien entre ses hors-la-loi qui ont fixé leurs propres règles, avant tout pour assurer la survie du groupe et de ses idées.

Et cette forme de fidélité ne peut laisser Kris de marbre, quoi qu’elle pense des actions commises par ce groupement terroriste, bénéficiant des postes clefs où ont été placés les hommes de confiance.

Je pensais, en avançant dans ma lecture, me retrouver face au dilemme classique entre l’amour et le devoir.

Quelle erreur! L’intrigue se complexifie au fur et à mesure que l’on avance et prend une dimension que je n’attendais pas vraiment. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que c’est particulièrement réussi!

Je n’en dirai pas plus pour ne pas gâcher les révélations de cette histoire très réussie, mais je pense que vous aussi ne pourrez manquer d’être surpris. Pour ma part, si j’avais supposé quelques éléments, j’ai tout de même été bluffée par d’autres avant de cesser d’anticiper pour me laisser simplement porter par l’histoire.

Et c’est ne bonne idée, parce qu’elle monte crescendo, en particulier lorsque le point de vue d’Hugo vient interrompre le récit presque exclusif de Kris.

De fait, j’avoue que j’ai été un peu déstabilisée par la fin du roman, que je n’attendais pas du tout en ce sens, … avant de comprendre qu’elle n’était qu’une respiration bienvenue, avant ce qui s’annonce être une nouvelle plongée toute aussi haletante dans l’univers des Anars.

Coup de chance liée aux aléas de mes lectures, celle ci interviendra dans une semaine à peine.

Pas de hasard, je ne manquerai pas de plonger dans les nouvelles aventures de Kris et des siens.

N'hésitez pas à me laisser un petit commentaire