Un bonheur à la campagne de Caroline Costa

Titre Un bonheur à la campagne

Auteur Caroline Costa

Auto-édition

Date de sortie 27 Février 2019

Un titre à retrouver sur Amazon en cliquant sur ce lien Un bonheur à la campagne

Sur le plan littéraire autant qu’humain, Caroline Costa est une auteure que j’aime à suivre dans ses différentes aventures. En Laponie, à Londres, dans une clinique suisse, elle parvient toujours à dépeindre une atmosphère propre à des histoires prenantes et à des romances sensibles, portées par des personnages bien travaillés.

Ce « bonheur à la campagne » confirme tous ces a priori positifs.

Lyn Lalba est une journaliste de mode dans le magazine Tendances. Elle est, à première vue, le stéréotype de la Parisienne bling-bling. Des talons à perte de vue, une consommation de cocktails à faire pâlir un pilier de soirée mondaine, et une liste d’amants à l’avenant. En compagnie de sa meilleure amie Zoé, elle écume les soirées et traverse sa vie sans se soucier du lendemain.

Elle est passionnée par son travail, mais entre un patron acariâtre et un stagiaire aussi séducteur que calculateur, les journées ne sont pas de tout repos, surtout dans un contexte économique difficile.

Pour sauver son magazine, Lyn se retrouve contrainte d’innover, de surfer sur le buzz, sur l’inattendu, sur le très très beau et très mystérieux Paul Flaviac, éleveur de chèvres de son état.

Et voici notre Lynette (oui, un prénom qui rime avec biquette), sur les routes ardéchoises à la rencontre de l’éleveur caprin capable de tenir tête à n’importe qui, ministre ou bête sauvage.

L’histoire pourrait être convenue, le coup de foudre de la fashionista et de l’ermite. Mais on peut faire confiance à Caroline Costa pour creuser davantage et sortir des sentiers battus. D’abord parce que les sentiments n’ont rien ni d’évidents. Entre deux fortes têtes comme Paul et Lyn, le contraire aurait été presque décevant. D’ailleurs, les moments de confrontation sont des petits bijoux d’étincelles aussi sensuelles que succulentes.

Ensuite parce que ce roman fait autant de place à l’opposition qu’au compromis et que l’évolution des personnages est très prenante à lire. Elle procède, avec la délicatesse propre à la plume de Caroline, par petites touches, par légères secousses, bien plus satisfaisantes qu’un improbable et brutal tsunami.

Mais cette romance aborde aussi des thèmes un peu plus sérieux, quoi que traités avec légèreté. Tout n’est pas coton au pays des biquettes, et pourtant on ressort de cette lecture revigorée comme après un grand bol d’air frais. Pour ma part, je me suis laissée entrainer sans hésiter dans ces presque 400 pages qui se dégustent comme une gourmandise, bio bien sûr!

J’ai retrouvé, dans ce roman, la beauté des romances, mais aussi du piquant à souhait et des morceaux de bravoure qui m’ont fait rire de bon coeur.

L’attraction des opposés est souvent la garantie d’un joli succès en romance. Si l’on y ajoute une héroïne pétillante et intrépide, un héros ombrageux et lumineux à la fois, des personnages secondaires hauts en couleur, qu’on ait envie de devenir sa meilleure copine ou un désir profond de les étriper à mains nues, on confine à la certitude.

Mais quand en plus c’est la plume élégante et prenante de Caroline Costa qui combine tous ces éléments, on fonce. Et on aura bien raison!

Avant de conclure, je voulais remercier Caroline, de la confiance qu’elle m’a accordée en me confiant cette lecture en avant-première, mais aussi de la grande réussite de ce nouveau roman.

N'hésitez pas à me laisser un petit commentaire