What happened that night de Deanna Cameron

Titre What happened that night

Auteur Deanna Cameron

Éditeur Hachette Romans

Date de sortie 11 juillet 2018

À retrouver sur Amazon en cliquant sur ce lien What Happened that night tome 1

Un titre découvert grâce à la masse critique de Babelio catégorie jeunesse et Young adult.

Ce livre est l’exemple type de l’attrait que peut exercer un résumé bien pensé.

« Personne ne sait pourquoi ma sœur a tué Griffin Tomlin.
Personne sauf moi. Moi, je sais très bien ce qui s’est passé.
Emily ne détestait pas Griffin.
Ou plutôt, elle ne l’avait pas toujours détesté.
Mais, par ma faute, elle s’était mise à le haïr.
Parce que je lui avais raconté une histoire que je n’aurais jamais dû lui avouer.
À partir de là, tout est parti en vrille.
Et Griffin est mort.   »

Partant de là, impossible pour moi de passer au travers de ce roman et je ne le regrette pas un instant. Ce roman est narré à travers le regard de Clara, benjamine d’une famille américaine sans histoire. Un couple uni, trois filles au profil assez classique, même si Nora, l’aînée, après une phase gothique a pris le large pour ouvrir un salon de coiffure un peu décalé.

L’histoire se concentre davantage sur les deux dernières, Emily et Clara. Dès les premières phrases, on le sait, Emily, l’adolescente à qui l’on confiait le babysitting et d’autres tâches en toute confiance, la pétillante Emily est en prison, dans l’attente de son jugement, pour assassinat. Sa victime? Griffin Tomlin, son voisin depuis presque dix ans. Un garçon qu’elle connaît depuis qu’il a emménagé en face de chez elle.

Les familles se fréquentent, les mères sont amies. Les adolescents se fréquentent sans pour autant être amis. ALors pourquoi subitement a-t-on retrouvé le corps sans vie du beau brun et a-t-on depuis arrêté la jeune femme?

La narration alterne habilement le récit au présent et des flashbacks qui éclairent progressivement la personnalité de Griffin et laissent transparaître un mobile.

Autour des deux soeurs -et le talent de l’auteur permet de faire de l’absente une présence centrale dans la famille, on dresse une galerie de personnages qui contribuent à l’intrigue par les secrets qu’ils semblent porter derrière eux.

Au premier rang de cette distribution, on trouve Anniston, un personnage à part dont j’ai beaucoup aimé l’impact sur l’intrigue et la place qu’elle y prend progressivement. Cette miss rose-bonbon est en marge de la communauté lycéenne. Elle semble s’en moquer, voire le cultiver. Pourtant, elle a, on s’en rend compte au fur et à mesure, un sens de l’observation qui sert ses desseins de journaliste dans le journal du lycée. Et elle s’est mis un idée en tête, résoudre l’énigme du meurtre de l’année.

Dotée d’un acharnement dans ses recherches, elle se rapproche à première vue d’un certain nombre de réalités qui ont échappé à tous.

Autour de Clara gravite aussi Kolby, que j’ai trouvé énigmatique tout au long du livre. C’était le meilleur ami de Griffin. Il a donc toutes les raisons de vouloir connaître la vérité. Mais est-ce la seule raison qui le pousse à se rapprocher de l’adolescente qui remplace peu à peu le défunt dans son rôle de chauffeur. L’évolution du personnage, dans le regard qu’il porte sur Clara, Griffin et la situation est à mon sens une très bonne idée de cette histoire.

Dans cet univers aux contours éclatés, on trouve aussi des parents qui réagissent comme ils le peuvent au tsunami qui a fracassé leur vie parfaite, en combattant pour Emily du côté du père, en entretenant l’illusion de la normalité, sans l’absente, pour la mère.

On croise aussi une professeur de chant  inquiet, une ancienne meilleure amie et son nouveau flirt, dont on n’a pas envie de se rapprocher, vu ce qu’on en sait déjà et ce qu’on en apprend au fur et à mesure.

Ce roman m’a emportée dès la première page. Une fois commencé il a été difficile de le reposer. L’équilibre était très réussi entre les sentiments de Clara et l’enquête presque policière menée par les adolescents. Le premier aspect m’a particulièrement émue. Dans un polar, on se concentre souvent sur le contenu et on oublie qu’un meurtre impacte à la fois la famille de la victime -à ce sujet, la mère et le frère de Griffin m’ont touchée- mais aussi celle du criminel. Et dans le scénario imaginé par l’auteur, la famille d’Emily est à l’origine tellement éloignée de toute idée de délit que le choc est cataclysmique et le rendu dans ce roman un vrai plus.

Mais ce qui fait définitivement de ce roman un coup de coeur, c’est le rebondissement ultime. Je n’avais pas prêté attention au fait que ce roman était une première partie (alors que c’était précisé et que l’éditeur a publié assez rapidement la suite). Mais plus l’histoire avançait plus il paraissait évident que le contenu dense et fouillé nécessiterait une suite.

Mais à lire la dernière page! Je n’ai plus qu’une seule envie, découvrir le fin mot des dernières révélations et foncer tête baissée dans les nouveaux rebondissements imaginés par cette auteure que j’ai pris plaisir à découvrir.

Avant de conclure, je voulais remercier Babelio et l’éditeur Hachette Romans pour m’avoir donné l’opportunité de découvrir ce roman à découvrir absolument.

 

 

N'hésitez pas à me laisser un petit commentaire