Véline 3, Sexe, Crime et confusion d’Avril Sinner

Titre Véline

Volume 3

Auteur Avril Sinner

Éditeur BMR

Date de sortie 20 juillet 2018

Titre à retrouver sur Amazon en cliquant sur ce lien Véline - tome 3 - Sexe, crime et confusion (BMR)

 

Une lecture réalisée grâce à BMR et à NetGalleyFrance que je remercie chaleureusement pour leur confiance.

Pour la troisième fois, Avril Sinner nous entraîne dans le sillage de Véline Illiev, le policier borderline débauché à la Crim.

Après avoir infiltré un groupe de suivi psychologique pour déviants sexuels, terrorisé des lycéens dans son rôle de CPE peu académique et joué aux explorateurs de catacombes, voici notre Bulgare préféré plongé dans la jungle des sites de rencontres à tendance échangiste et de certains de ses aspects les plus glauques. Car vous imaginez bien que si le 36 s’y intéresse, c’est qu’on est très très loin des sites classiques qui ont pignon sur rue. Dans ce genre de site, en guise de rencontres, ce sont surtout des cadavres particulièrement mal traités que l’on retrouve dans les bois autour de Paris.

Bref une enquête taillée pour Véline et sa bande, mais qui permet aussi de faire intervenir d’autres acteurs, qu’il s’agisse des anciens collègues des Mœurs ou de brigades de banlieue.

Ce tome se déroule dans une ambiance particulière. Quoi qu’il prétende, Véline est particulièrement atteint par une perte difficile à surmonter. Elle fait remonter tous ses démons et, avec eux, tous les travers qui lui permettaient de mener sa vie jusqu’à son entrée à la Crim. Mais le cocktail habituel : sport -beaucoup, vodka -énormément-, clopes -tout autant, à se demander comment il peut garder cette forme physique-, et sexe dans les mêmes proportions, se dérègle. Est-ce lié à cette perte qui le perturbe parce qu’il ne la comprend pas ? À certaines discussions édifiantes au sujet de sa relation aux autres ? À sa relation avec Mila qui évolue dans une direction qu’il ne maîtrise pas -et que j’ai parfois eu du mal à suivre également ?

En tous cas, le policier est en proie à de nombreux démons, liés à ses particularités mentales, mais aussi à l’environnement qui l’a formé. On ne peut pas dire que ses parents soient des modèles d’équilibre et Véline est, avouons tout, assez éloigné de l’officier modèle que préconise le manuel de la police nationale.

Dans ce volume d’ailleurs, le place prise par la personnalité de Véline et sa relation avec Mila semble parfois presque prendre le pas sur l’intrigue. Et j’avoue que j’ai apprécié d’entrer un peu plus profondément dans la tête du beau brun, même si par moments, je me suis demandée comment il pouvait tenir son poste avec autant de casseroles. Mais c’est aussi ce qui fait le charme de notre Véline et le talent de son auteur, non ? Nous proposer un flic totalement hors des clous, mais doté d’un talent indéniable, malgré un mépris des règles total.

Bien évidemment, que ce soit par le milieu dans lequel il évolue, par le contenu de cette enquête ou par la façon très crue dont on entre dans les pensées sans filtre de notre héros, Véline n’est probablement pas le livre à mettre entre les mains des fans de Derrick ou de Julie Lescaut. Mais j’apprécie tout autant l’aspect « polar » que toute la mise en lumière de la personnalité à part de notre Bulgare préféré -non pas que ma connaissance des Bulgares soit encyclopédique notez bien à part les yaourts et quelques joueurs de foot.

Une nouvelle fois, Avril Sinner a su lier la vie intérieure de son héros, son interaction avec les autres et son enquête pour en faire un livre impossible à poser tant qu’on n’en n’a pas atteint le dénouement.

Cette fois, on plonge dans les mafias, dans les bas fonds de l’exploitation des êtres humains, des femmes en particulier. On se retrouve dans des clubs selects, des salles de combat clandestin ou des manoirs très chics. On y croise des Russes, des Albanais, de la haute bourgeoisie, des policiers, des prostituées, des dealers et des personnes mentalement très instables, qu’elles soient reconnues comme telles, ou se révèlent dangereusement frapadingues presque par hasard.

L’histoire est prenante, les dialogues m’ont carrément fait pouffer de rire même à des heures indues, certains lendemains de soirée ou réveils de sieste sont des petits bijoux de délire.

L’auteure sait mettre en scène des personnages hauts en couleur qu’on a envie de mieux connaître. Et les esprits tordus qu’elle nous présente me laissent penser qu’il y a encore la place pour beaucoup de nouvelles enquêtes.

Dans le monde de la romance peut-être ? Ce serait une sacrée mise en abyme !

Et je dois vous faire une confidence avant de finir. J’ai lu ce troisième tome deux semaines environ après sa sortie, c’est dire si les réactions avaient déjà fleuri sur les réseaux d’Avril.

Et une phrase revenait en boucle, par-delà les compliments largement mérités, portant sur le final de cette enquête et la nécessité absolue d’une suite. Une raison supplémentaire d’être TRÈS impatiente de tout lire jusqu’à la dernière page.

Bien évidemment, je ne dévoilerai rien de ce switch, mais je vais joindre ma voix à celle des Vélinodépendantes. Une suite Avril !!!! Pour mieux connaître encore l’univers anarchique de Véline et savoir ce que pourrait réserver un volume quatre. Sans commander bien sûr, mais avec juste ce qu’il faut d’insistance !

Et je suis sûre que même Jean Claude, en pleine renaissance, va nous suivre sur ce coup.

N'hésitez pas à me laisser un petit commentaire