Passion à l’italienne de Caroline Costa

Titre Passion à l’italienne

Auteur Caroline Costa

Editeur Harlequin HQN

Date de sortie 10 Août 2016

A commander sur Amazon en suivant ce lien Passion à l'italienne (HQN)

 

Avec Caroline Costa, j’ai pris les choses à l’envers, les derniers écrits, dont je parle souvent ici, avant les premiers.

Cet été, je comble mes lacunes. C’est bien simple, j’ai fait main basse sur tous les premiers titres de cette auteure dont la plume m’enchante systématiquement.

Parce que l’écriture de Caroline Costa est comme elle. Élégante, chaleureuse, accessible. Elle donne envie d’embarquer dans chacune des histoires qu’elle conte.

C’est donc à l’instinct que je me suis engagée dans cette passion à l’italienne … qui de fait se passe en Suisse, entre Orlando Ongarelli, un chirurgien esthétique d’origine italienne et Pandora Fuentecén, une galeriste d’art espagnole.

Les deux héros ont peu en commun. Le premier, à l’aube de la quarantaine, dirige une éminente clinique de Lausanne, mais beaucoup moins sa vie, massivement contrôlée par une mère autoritaire, de concert avec une « petite amie » plus attirée par la position sociale de son amant que par des sentiments purs et éternels.

La seconde est une femme mystérieuse que rien ne semble détourner de son travail et de ses obligations.

Entre ces deux caractères forts qui se demandent si la vie qu’ils mènent correspond vraiment à leurs aspirations, l’attirance est aussi évidente que les doutes sont puissants. Et tout au long de ce roman qui se dévore, l’auteure distille avec subtilité ce doute, entretenu par Nils, le meilleur ami d’Orlando, une sorte de Jiminy Cricket, inquiet de la crise de conscience de son ami et des conséquences qu’elle pourrait avoir.

Ce roman aborde aussi des thèmes forts comme les secrets de famille qui macèrent et peuvent pervertir les relations entre les êtres, le poids du passé et la possibilité, ou non, de sortir d’un avenir tout tracé et de ses certitudes tout autant que de ses frustrations.

Mais Caroline Costa nous offre aussi une histoire dépaysante qui permet de découvrir de nouvelles destinations. Et j’avoue que, grâce à son talent, je me suis retrouvée, l’espace de quelques pages, transportée dans un décor que je ne suis pas prête d’oublier et dont je suis allée chercher les images, pour m’imprégner davantage encore de son atmosphère.

Passion à l’italienne est donc de ces livres qui offrent le subtil mélange d’une intrigue bien menée, d’un dépaysement hyper agréable en cette période estivale et de sentiments puissants et bien dosés. Le cocktail parfait pour un très bon moment de lecture.

N'hésitez pas à me laisser un petit commentaire