Café in première partie de Sophie S. Pierucci

Titre Café in

Volume 1/2

Auteur Sophie Santoromito Pierucci

Editeur BMR

Date de sortie 14 Avril 2017

A retrouver sur Amazon en suivant ce lien Café-in - partie 1 (BMR)

Il y a des titres qui se perdent parfois dans une PAL parce que pas le moment, parce que d’autres nouveautés, bref parce que.

Et puis aussi bêtement qu’on les a oubliés, on les retrouve, à l’occasion, par exemple, des promos de l’été chez BMR qui permettent de mettre en lumière cette série, souvent oubliée derrière les sorties suivantes de Sophie S Pierucci qui ont marqué les derniers mois.

Et on se rend compte qu’on a « juste » laissé passer une pépite, comme quand on retrouve, au fond de sa malle à secrets LA merveille qu’on avait un peu négligée.

Heureusement, profitant de l’été, j’ai décidé de m’asseoir avec ce café, gourmand et addictif.

Autant vous le dire tout de suite, je ne le regrette pas un instant!

On dit parfois qu’un premier roman est un peu moins réussi, une sorte de préambule vers le talent de l’auteur, une promesse perfectible. Café in déjoue ce programme. Parce que c’est déjà un excellent livre qui tient toutes ses promesses. Il est prenant, entraînant, émouvant, délicieusement frustrant.

Tout ce qu’on aime dans la « touche » de Sophie est déjà bien présent: on sourit des joutes entre les personnages, on suffoque sous les assauts de la passion, on gémit -pour plein de raisons d’ailleurs, on ressort délicieusement frustrés après avoir lu certains chapitres.

Parfois, on aimerait bien secouer les héros: les enjoindre à être plus transparents, plus confiants, moins têtus, … mais c’est ce qui les rend aussi attachants.

Je ne vous ai pas encore parlé des héros? C’est peut-être parce que Café in, malgré son rythme soutenu et sans temps mort, prend le temps de construire au fil des pages un décor autour des personnages.

Café in met aux prises deux entrepreneurs new yorkais, que beaucoup d’éléments semblent opposer.

Elle, c’est Kim André -André côté pile, Andry côté face! Vous êtes surpris? Vous n’avez encore rien vu. Dès ce premier roman, Sophie a brossé le portrait d’une femme à part. Exit les jeunes ingénues en admiration muette devant le grand businessman! Kim est une tornade. Elle est une fille de très bonne famille, héritière d’un empire spécialisé dans les alcools. Mais elle ne veut pas se contenter de ça. Elle s’affranchit de son nom et de ses contraintes pour monter, avec ses meilleures amies KCK, une entreprise de « sexe en boîte ». Ne vous étouffez pas avec votre café surtout, ce n’est pas une définition à prendre au pied de la lettre! Comprenez plutôt qu’il s’agit de la vente de tous les accessoires et services liés au plaisir, pour les particuliers et les entreprises. Pas forcément du goût de son père? Elle ne pousse pas la rébellion jusqu’à lui annoncer son activité! Ni à lui ni à son frère Richard, bien plus formaté aux désirs paternels. C’est une femme de caractère, accro au travail et qui relâche la pression en collectionnant les amants d’un soir. Mais jamais à New York. Difficile de croiser une aventure d’une nuit dans son cadre professionnel ou personnel. Depuis que Steve, son ex, a brisé sa confiance, elle ne veut plus s’engager.

Même pas pour son café gourmand. Max Evens! Un condensé de séduction à disloquer les petites culottes. A l’inverse de Kim, c’est un self made man qui a quitté le Texas pour ouvrir des nightclubs. On sent son passé trouble, sa réputation un peu sulfureuse. Pas exactement le gendre idéal. Et une fois de plus, l’auteure nous prend à contrepied. Oubliez le mâle dominant et sans coeur. Max est clairement un héros auquel on a envie de s’attacher, malgré ses propres failles, son passé douloureux, ses complexes sociaux.

Mais ne le prenez pas pour autant pour une guimauve! Il a du répondant, Max! Il tente de s’adapter aux doutes de sa belle, de concilier son tempérament, son passé, ses propres craintes. Il n’y a qu’à voir sa façon de prouver par a+b à Kim la différence entre baiser et faire l’amour, …. pffffff un grand moment de chaleur!!!

Ce premier tome ressemble parfois à une valse hésitation, ou plutôt un tango, aussi sensuel, aussi pugnace, aussi beau à voir.

L’écriture est fluide, les personnages, qu’ils soient principaux ou qu’il s’agisse des tribus, de coeur ou de sang, apportent un vrai plus à l’histoire. Dans la tribu, on s’aime, on s’accepte, on se chamaille. Parfois on échange des mots durs. Mais on est toujours là les uns pour les autres et on a même le coeur assez grand pour accueillir de nouvelles recrues.

Vous l’aurez compris, ce premier titre de Sophie S Pierucci confirme à mon sens qu’elle compte parmi les auteurs françaises de romance les plus complètes du moment.

Un dernier mot? Un conseil plutôt. Si j’étais vous, je prévoirais déjà que le second tome de Café in soit à ma disposition. Juste comme ça, à tout hasard, …

On en reparlera dans la prochaine chronique, non?

 

 

N'hésitez pas à me laisser un petit commentaire