Artifices de Didier Fossey

Titre Artifices

Auteur Didier Fossey

Editeur Flamant Noir

Date de sortie 18 juin 2018

Pour retrouver ce titre sur Amazon, c’est par ici Artifices

Un titre découvert grâce à #NetGalleyFrance

Aujourd’hui, je vous invite à découvrir un polar, l’une de mes autres passions de lecture.

Et un polar à la française, qui se déroule au 36 Quai des Orfèvres avant le déménagement de son adresse mythique, avec un flic à l’ancienne, Boris le Guenn, qui a gagné le respect et la dévotion de son équipe par son charisme de chef et par son implication absolue. Un flic qui n’aime pas la hiérarchie bureaucratique, mais croit au mérite du terrain.

Un flic qui a laissé des plumes dans sa carrière: la perte dramatique de certains collègues, la dislocation de sa famille, la disparition d’un certain esprit d’équipe.

Bref un polar réaliste et très très réussi.

Qu’on se rassure, Didier Fossey dont je découvre la plume claire et maîtrisée qui m’a embarquée sans peine, n’a pas rédigé un remake poussiéreux d’un vieux Maigret.

Son polar est sombre. L’intrigue, complexe, mêle habilement plusieurs problématiques, plusieurs enquêtes, parfois même plusieurs temporalités.

Mais on s’y retrouve aisément. Et si des pistes sont lancées, il m’a fallu un bon moment avant de découvrir le pot aux roses.

Inutile d’aller trop vite en matière. Le roman narre l’enquête de Boris, appelé sur des meurtres particulièrement hideux… Je ne crois pas qu’il existe de « beau » meurtre, mais lisez donc la description du premier et on en reparle! Du second aussi, d’ailleurs.

Car oui, il y a plusieurs victimes, à la fois proches et en même temps assez éloignées pour brouiller les enquêtes.

Les victimes? Apparemment hors de tout soupçon, une communauté villageoise sans histoire, qui se trouve peu à peu attaquée par des meurtres sanglants et particulièrement orchestrés.

Le Guenn et son équipe sont obligés de faire appel à une experte officielle tant le mode opératoire dépasse leurs compétences… et moi le domaine de ce à quoi j’étais habituée. Autre bonne surprise de ce roman.

L’intrigue n’est pas simpliste. Elle propose plusieurs mobiles, politiques, sociétaux. De quoi se perdre en conjonctures et en réflexions.

Et lorsqu’en plus, l’équipe elle-même est menacée et mise sous pression, on entre de plus près encore dans cette enquête qui n’est plus seulement professionnelle.

N’attendez pas dans ce roman de rebondissements spectaculaires et improbables, de cascades improbables ou de scènes hollywoodiennes! C’est une autre des raisons pour lesquelles j’ai aimé ce livre. On peut le lire comme une véritable enquête, réaliste. Comme une visite au 36.

Une visite que cette première incursion dans l’univers de Didier Fossey m’a clairement donné envie de renouveler!

 

N'hésitez pas à me laisser un petit commentaire