Save me, catch & shoot d’Iris Julliard

Titre Save me catch & shoot

Auteur Iris Julliard

Editeur Editions Addicitives

Date de sortie 25 Avril 2018

A retrouver sur Amazon en suivant ce lien Save me – Catch and Shoot

Et si le hasard s’amusait à donner des coups de pouce au destin ?

Et si le présent permettait de réparer le passé?

Et si le bonheur était aléatoire comme un speed-dating à l’aveugle?

Dans son deuxième roman aux Editions Addictives, ce sont ces questions -entre autres- qu’Iris Julliard aborde avec une plume inspirée et délicate.

Repartons du commencement. Keagan Hunter est un joueur phare des Celtics de Boston, le club de basket de la côte Est américaine. Apolline James est une psychologue spécialisée dans les syndromes post-traumatiques.

A priori donc, les deux jeunes gens n’ont rien en commun, à part peut-être, …

L’une vit dans l’ombre, craint les foules et se méfie des contacts humains; l’autre joue trois fois par semaine devant 15 000 personnes et a tout du super pote qu’on aimerait avoir dans sa bande.

Rien ne les destinait donc à se rencontrer. Pourtant, le destin prend un malin plaisir à les mettre en présence l’un de l’autre, à les provoquer, à leur montrer à quel point ils sont meilleurs au contact de l’autre.

L’attraction sera-t-elle plus forte que les obstacles qui se dressent face à nos héros? Débouchera-t-elle sur « plus »?

Dans ce roman qui se lit sans temps mort, rien n’est évident. Iris Julliard prend le contrepied d’un certain nombre de clichés qu’on retrouve souvent dans les romances actuelles.

Je ne peux pas en dire trop, pour ne pas gâcher le plaisir de votre lecture, mais j’ai été agréablement surprise devant cette histoire qui prend son temps pour poser l’intrigue et les sentiments.

Il y a plusieurs points forts dans ce roman, autant de bonnes raisons de vous y pencher sans hésitation.

Tout d’abord, il y a le cadre de l’intrigue. J’aime le sport mais, je l’avoue, je ne suis pas spécialiste de basket. Mais on sent que l’auteure, elle, en est férue. Elle le précise dans ses remerciements, mais il n’y a qu’à lire la façon de décrire les temps de jeu, de concentration, l’ambiance des stades, pour comprendre qu’Iris est dans son élément. Et elle nous y entraîne, sans aucun doute.

De la même façon, la réflexion sur la psychologie des personnages et la façon de surmonter les traumatismes, est menée avec délicatesse mais efficacité. Apolline applique aux autres ce qu’elle peine à mettre en place pour elle-même et il y a dans ce dilemme quelque chose de particulièrement touchant.

Mais bien sûr, une bonne romance exige de bons personnages. Et ceux qu’Iris a dessinés sont très bons.

Apolline est une femme complexe. Une femme de notre époque, qui vit à deux-cents à l’heure et tente de tout mener de front. Un professeur investi, une amie précieuse, une femme toujours présente pour ceux qui comptent. Une femme forte par nécessité, fragile par strates de traumatismes successifs mais qui s’accroche pour avancer coûte que coûte.

L’aventure qu’elle vit avec Keagan bouscule ses habitudes, décale sa zone de confort. Ce pourrait être effrayant, mais c’est aussi une exaltation folle, celle d’une renaissance.

Keagan, justement est un héros particulièrement réussi. Vous éprouvez une certaine lassitude pur le badboy ténébreux? C’est votre jour de chance! Keagan est un sportif, un corps sain dans un esprit sain, diplômé universitaire en littérature. L’alliance du muscle et des neurones. Il ne boit pas, ne se drogue pas, n’abuse pas des jeunes filles naïves. Il adore le sport pour ce qu’il lui apporte, la passion du jeu, l’esprit d’équipe, l’espèce d’ascenseur social qu’il lui a proposé. Il en apprécie l’argent qui facilite sa vie et celle de ses proches. Mais le star-system, très peu pour lui! Les paparazzi, les filles prêtes à tout pour s’afficher à son bras, c’est ce qu’il fuit par-dessus tout. J’ai aimé cet homme droit, qui prend ses responsabilités à bras le corps, avec sa famille, avec ses amis, avec Apolline. Un homme qui assume ses sentiments et a appris à se montrer respectueux des autres et de leur sensibilité.

Enfin, Iris joue avec brio sur une large gamme de sentiments pour nous offrir une histoire prenante à sacrifier des heures de sommeil.

Vous l’aurez compris, j’ai totalement adhéré à cette histoire que je vous conseille fortement, si vous voulez passer un moment qui montre que la romance, c’est D’Abord une collision des sentiments.

2 commentaires sur “Save me, catch & shoot d’Iris Julliard

N'hésitez pas à me laisser un petit commentaire