Hidden desire d’Angel Arekin

Titre Hidden Desire

Saison 1/2

Auteur Angel Arekin

Editeur Nisha Editions

Date de publication 1° février 2018

Pour retrouver ce titre sur Amazon, c’est par là: Hidden Desire - Saison 1

Le mois de février sera Arekin ou ne sera pas. Autant dire que chez Melimelo de Gwen, trois titres de la miss Arekin dans le mois, c’est juste ce qu’il me faut pour assouvir mon « arekinodépendance ». Attendez-vous donc à trouver plusieurs chroniques du genre.

Hidden Desire nous entraîne dans l’ambiance étouffante et nocive de la famille Mordret. Si si, vous les connaissez, la famille hautement toxique de Béni -pas pour rien si la superbe Béni fuit autant que possible sa famille-, de l’insaisissable Ciaran, d’Owen et Nolwenn que j’ai hâte de rencontrer (non non non ce n’est pas un appel du pied, ou alors juste un peu), mais aussi la famille de l’Héritier. Le charismatique et calculateur Declan.

Au premier abord, Declan est plus « normal » que le reste de la famille. Certes, il collectionne les bimbos comme d’autres les timbres, certes, il aime avoir un contrôle absolu sur son univers, celui qu’il dirige déjà et celui dont il héritera. Certes, il n’aime pas qu’on lui dise non et il est capable d’utiliser tous les moyens à sa disposition pour parvenir à ses fins. Tous, même le chantage, même envers les membres de sa famille. Ambiance … Si si, rappelez-vous, dans Love Business, il acceptait de couvrir le « petit secret » de Béni (chut, …. et si vous aviez oublié, je vous conseille d’aller le relire) en échange d’un dîner avec la sublime Merryn Wagner, l’assistante de Béni. Accessoirement son amie. S’en suit une nuit dont les quelques éléments que distille Angel m’ont donné des bouffées de chaleur.

Une belle romance en perspective me direz-vous, … Oui mais non. Vous connaissez tout de même le don de notre auteur pour les situations complexes, denses, délicieusement frustrantes, non? Et bien attendez-vous à mieux encore.

Parce que, sans vouloir renoncer à sa partenaire de jeux, Declan refuse de s’attacher, pour lui, mais aussi, quel que surprenant que ça puisse être, pour la préserver elle.

Car si le sexe ne pose aucun problème à Declan, capable de faire flamber les petites culottes d’un simple sourire, du côté des sentiments, c’est une autre histoire. A la différence de son frère, Declan ressent, lui. Beaucoup. Peut-être même trop. Le désir, la frustration, la colère aussi. Autant de désirs cachés que le beau Declan doit gérer en même temps que les responsabilités qui pèsent sur ses épaules.

Pas étonnant que parfois, son self control batte en brèche. Et tant pis pour les dommages collatéraux. D’autant que, lorsqu’on est un Mordret, les petits détails comme la sensibilité des autres, leurs sentiments, leur bien-être, c’est très très secondaire. Et pourtant, par instants, le masque se fissure et Declan paraît touchant, presque attachant -et je ne parle pas de cordes bien sûr! Mais gare au retour de manivelle !

De son style toujours percutant et incroyablement addictif, Angel Arekin tisse le lien complexe entre Declan est les femmes qui percutent ses sens et son esprit. Le jeu qu’il mène avec sa blonde est sulfureux, terriblement grisant. Les passes d’armes verbales sont aussi jouissives que les temps de récréation qu’ils s’accordent, tout aussi frustrants également.

Prise par d’autres obligations, j’ai fait une entorse à ma règle concernant les écrits d’Angel Arekin, j’ai différé. Quand je mesure le degré de frustration avec lequel j’ai achevé ma lecture, j’en suis presque heureuse, car l’attente ne sera pas très longue avant que Declan ne fasse un sort à ses désirs, ou que ceux-ci l’emportent.

 

De sa

 

N'hésitez pas à me laisser un petit commentaire