Corps d’Etat 2: sous les cendres de Christophe Martinolli

Titre corps d’Etat

Tome 2-Sous les cendres

Auteur Christophe Martinolli

Retrouvez ce livre sur Amazon en suivant ce lien Corps d'État 2: Sous les cendres

Nous avions laissé, à la fin du tome 1, la France à un fil de la bascule -moins d’un fil d’ailleurs- vers une dictature aux allures de légalité au nom de l’état d’urgence.

Dans le même temps, nos héros se trouvaient également face aux plus grands sacrifices.

Cinq ans ont passé, et la France que décrit Christophe Martinolli est à la fois très éloignée de ce qu’on connaît, et en même temps si proche qu’on ne peut s’empêcher de ressentir un certain malaise.

La France a connu une guerre civile, la reprise en mains a été terrible et comble du comble, une large part de la population réclame ce « calme » et cette sûreté.

Mais lorsque le passé ressurgit, qu’on se trouve face à l’une des dernières chances de prendre la main sur le présent et peut-être de sauver l’avenir, quelle décision doit-on prendre? Quelle option peut-on choisir?

Par-delà ses héros, c’est nous-mêmes que l’auteur interroge -en tous cas, c’est ainsi que je l’ai ressenti. Lorsque le danger pour la démocratie est tellement installé qu’on en vient à craindre pour les quelques libertés qui restent, qu’on a construit quelque chose qui se rapproche du bonheur, qu’est-on prêt à risquer pour une cause plus grande?

Dans ce polar politique toujours nerveux et enlevé, on se sent à la veille du cataclysme lorsque seuls des actes désespérés peuvent éviter la prise des pleins pouvoirs d’un Hitler au lendemain de l’incendie du reichstag.

Mais la proximité géographique et temporelle dans laquelle s’ancre cette fiction a tout pour lui donner plus de puissance.

On pourrait peser que ce second tome marque un point final à l’histoire de ces corps d’état. L’existence d’un tome 3 offre l’heureuse perspective d’une nouvelle plongée dans un futur où fiction et possibilité se rejoignent pour nous plonger dans une intrigue à la hauteur des grands romans de la politique fiction.

N'hésitez pas à me laisser un petit commentaire