L’ombre du passé, de Chrys Galia (SP)

Titre l’ombre du passé

Auteur Chrys Galia

Editeur Libranova

Date de sortie 20 Décembre 2017

Pour commander le live sur Amazon, suivre ce lien L'Ombre du passé

J’ai eu la chance de découvrir la plume de Chrys Galia l’été dernier en chroniquant l’énigmatique « Sous ton masque ». J’y ai développé un assumé niveau d’addiction à sa plume, à sa sensibilité et à sa façon d’entrer dans le coeur de ses personnages. Aussi, lorsqu’elle m’a gentiment proposé de traiter ce livre, un roman dont elle a souvent répété qu’il avait pour elle une importance particulière, j’ai été aussi impatiente de découvrir cette histoire que touchée de sa confiance.

Après ces quelques mots de présentation, entrons dans le vif du sujet: l’objet de ce roman dense et touchant.

Il est difficile de le classer en un style unique et clairement défini. Et c’est l’une des richesses de ce livres. Certes l’ombre du passé relate une histoire d’amour. Elle en relate plusieurs, même: celle qui survit au temps, à la trahison, à la mort, celle qui se découvre sous des souvenirs faussés, celle plus raisonnable » qui consiste à penser qu’un mariage c’est d’abord l’association de deux solitudes qui n’espèrent pas de miracle ni de passion folle, mais un accord raisonnable.

Mais ce roman est bien plus qu’une romance qui se construit malgré le poids du passé et des souffrances.

Tout le début du livre traite d’un sujet douloureux et trop souvent méconnu, le harcèlement scolaire. Avec sensibilité mais force, Chrys Galia décrit le quotidien des « moqueries » dont sont victimes trop de nos enfants. On les traite souvent comme des faits de cour sans importance, alors que leur impact sur une vie peut être destructeur, en tant qu’enfant, mais aussi pour les séquelles qui persistent même à l’âge adulte. La conversation d’un des personnages avec son ancien instituteur est à ce sujet titre édifiant sur cette maltraitance ordinaire qui peut toucher tout un chacun.

De la romance, les blessures du passé, …. mais ce n’est pas tout. Il y a dans ce roman un brin de thriller bien mené et prenant, une intrigue qui met du temps à se résoudre. Et comme s’il restait un petit vide à combler, le livre traite avec pudeur de troubles mentaux.

Au coeur de toutes ces thématiques, Chrys Galia tient son lecteur en haleine pendant 300 pages qui se lisent d’une traite, dans un tourbillon d’émotions intenses et complexes. C’est tout son talent de nous offrir à la fois une romance riche et pleine de rebondissements et des éléments de réflexion.

Ils font de cette « ombre du passé » un voile tantôt gris, tantôt lumineux. Nul doute que son message va rester un long moment dans mes pensées.

N'hésitez pas à me laisser un petit commentaire