A l’ombre des fûts de chêne d’Alex Nicol

Titre A l’ombre des fûts de chêne

Auteur Alex Nicol

Editeur Editions du 38

Date de sortie 8 septembre 2017

En vente sur Amazon, par ici -> A l'ombre des fûts de chêne

En bonne demi-bretonne, amatrice de bons polars bien écrits, j’ai déjà lu plusieurs des « Enquêtes en Bretagne » d’Alex Nicol. J’ai été séduite par les personnages, ce Gwenn Rosmadec, biographe et enquêteur à ses heures, sa douce moitié Soazig, leurs amis et connaissances, fièrement implantés dans la culture bretonne, son terroir et ses traditions.

Et à chaque fois, le géant roux façon guerrier celte se retrouve embarqué dans des aventures à tendance policière.

Cette fois-ci, Gwenn n’intervient pas en tant qu’écrivain pour ceux qui veulent fixer le souvenir de leur vie, mais du fait de sa maîtrise des langues hispaniques.

Son ami Guy le Lay, créateur d’un whisky au blé noir, est en négociation avec un homologue chilien pour une association commerciale. Gwenn est donc convié comme interprète mais aussi comme observateur avisé.

Et le moins qu’on puisse dire c’est que la transaction ne va pas être de tout repos.

Entre manipulation et intimidation, les fiers bretons vont surtout partir pour un sacré périple jusqu’aux confins de l’Amérique latine et d’un certain passé peu reluisant.

Même si cette enquête quitte les rivages bretons, j’y ai retrouvé tous les ingrédients qui assurent la réussite des romans d’Alex Nicol: une histoire bien pensée, bien menée, sans temps mort. Pour autant, l’auteur prend le temps de placer ses décors, de présenter des personnages hauts en couleur.

J’aime aussi la droiture des personnages. Si les affreux sont vraiment peu sympathiques et prêts à tout pour arriver à leurs fins, les Rosmadec ont la chance de croiser au cours de leurs aventures des hommes et des femmes de confiance, souvent croisés à d’autres moments de leur vie.

Le respect de la parole donnée et la confiance dans ses semblables donne une tonalité rassurante aux enquêtes bretonnes.

Et la complicité sans faille du couple Rosmadec, uni face à tous les événements, qui fonctionne comme une âme et un esprit, est un véritable atout dans cette série que l’on peut lire en discontinu et retrouver avec le plaisir que l’on peut éprouver en rencontrant de nouveau des amis chers.

Je referme ce livre après avoir passé, comme toujours, un excellent moment, et une ferme envie de goûter un Eddu, … Gwen bien sûr.

Comme de coutume, je remercie chaleureusement les éditions du 38 de m’avoir confié ce service presse, et donner rendez vous à Gwenn Rosmadec, son épouse et son auteur, pour la prochaine enquête bretonne.

 

 

 

N'hésitez pas à me laisser un petit commentaire