L’inconnu de l’ascenseur et moi, de Sophie S Pierucci, risque de spoils

Titre L’inconnu de l’ascenseur et moi

Auteur Sophie S Pierucci

Editeur Editions Addictives, collection Luv

Date de sortie 12 septembre 2017

Pour retrouver le livre sur Amazon, c’est par ici -> L'inconnu de l'ascenseur et moi

C’est à travers Brisé(e) que j’ai découvert les écrits de Sophie S Pierucci.

Par-delà sa très belle romance, c’est sa qualité à dépeindre ses personnages fêlés, abîmés par la vie, qui m’a attachée à sa plume. L’écriture est maîtrisée et elle est capable de capter l’attention, de dépeindre avec beaucoup de justesse des sentiments forts, des scènes poignantes ou torrides, mais aussi de nous faire entrer de plain pied dans l’esprit de ses héros.

En premier jet, j’aurais dit que ses héros étaient prêts à tout pour se sortir de leur situation. Ce n’est que partiellement vrai dans L’inconnu… Mattew comme Charlyne sont emportés dans une fuite en avant. Ils ont l’impression d’avancer, mais en fait, ils progressent dans une sorte de vide, avec des rêves qu’ils se fixent comme des objectifs mais qui ne correspondent plus forcément à leurs désirs les plus profonds.

Le but qu’ils poursuivent m’est davantage apparu comme un moyen de donner du sens à leur présent et d’en finir avec les blessures du passé.

Les personnages sont l’un des grands atouts de ce livre.

Matt est rugueux, bourru, il fuit les contacts pour se protéger autant que se punir. Charlyne n’est pas moins dure, parce que la vie l’a forgée ainsi et que la méfiance est devenue sa seconde nature, pour se préserver de tout jugement. Mais dès que la carapace se fissure, ils offrent l’un comme l’autre des trésors de vulnérabilité et de soif d’amour qui ne tombe jamais dans la mièvrerie… Encore faut-il qu’ils baissent les armes assez longtemps pour qu’on s’en approche.

Dans ce roman, il est beaucoup question de coïncidences. Pas de battement d’ailes d’un papillon, mais l’impact d’une pomme qui a la capacité de mettre en marche une mécanique frustrante parfois, toujours passionnée.

Les personnages ont l’habitude de se surprotéger pour préserver leur corps et leur âme du regard et du jugement des autres. Ils baissent difficilement la garde, fuient parfois face à l’évidence de leurs sentiments qui leur échappent, les submergent et les affolent.

 

Avec un bel esprit créatif, l’auteur place une série de malentendus, de quiproquos qui ne semblent même pas farfelus ou tirés par les cheveux, mais renforcent la tension constante dans laquelle le lecteur est maintenu, jamais certain que les choses finiront par bien tourner.

Mais ce roman est aussi un petit bijou à lire pour les échanges entre Charlyne et Mattew. Leurs joutes verbales sont aussi acérées que jouissives à lire et j’ai souvent ri de leurs passes d’armes, promptes à agir comme un bouclier à sentiments. Et quand les personnages secondaires s’en mêlent, …

Pour finir cette chronique, je vous dirai que cet « inconnu » confirme que les écrits de Sophie gagnent à ne pas le rester, inconnus et que je vais guetter avec autant d’impatience que de gourmandise la prochaine pépite qu’elle nous préparera pour retrouver ce détonnant cocktail de romance, de tempérament et de sensualité.

N'hésitez pas à me laisser un petit commentaire