Sous ton masque tome 2 de Chrys Galia, SP des Editions addictives

Titre Sous ton masque tome 2

Auteur Chrys Galia

Editeur: Editions addictives

Lien vers Amazon Sous ton masque - Amour ou manipulation ?, vol. 2

J’avais quitté Eva à Nice, à la croisée des chemins, le cœur empli d’autant de questions que de certitudes et je n’étais pas loin de partager cet état d’esprit. Sauf qu’à la différence de notre héroïne, je pouvais me dire que d’ici la fin de ce deuxième tome, le voile serait certainement levé sur ce mystère qui menaçait le bonheur de la belle pâtissière au point de le rendre totalement improbable. Et autant le dire tout de suite, avec un grand sens du suspense, du quiproquo et du rebondissement, Chrys Galia y est largement parvenue. Mais chut, je m’égare et j’anticipe. Prenons les choses par leur commencement, comme je l’ai fait (Promis, j’ai même résisté à la tentation du coup d’œil vite fait à la dernière page ! Si, si, je suis restée forte !).

A Nice, donc, Eva avait, à la fin du tome 1, fait face à son passé pour mieux lui tourner le dos, et aller de l’avant, prête à relever des défis professionnels plus qu’attractifs, mais le cœur totalement perdu, en quête de réponses et de certitudes pour savoir quoi faire du beau mais si mystérieux Johann, que tous lui conseillent de fuir, … tous sauf son cœur qui se laisserait bien fléchir et son corps qui, lui, semble incapable de résister à l’attraction réciproque qui se manifeste dès qu’ils sont en présence l’un de l’autre et au manque qui s’insinue, pétrifie, dépèce, broie le petit cœur de la belle Eva.

Plus assurée dans sa vie, Eva ne veut plus la subir, ne veut plus de la deuxième place, ne veut plus de mensonge, ni rester dans l’ombre. Johann est-il capable de lui offrir tout cela ? C’est autour de cette question cruciale que tourne ce tome, entre retrouvailles et éloignements. Les rencontres sont torrides, charnelles, aussi évidentes que désespérées, comme un instant volé dans un océan d’incertitude. Et si Johann, par ses attentions, sa présence sporadique et les aveux qu’il laisse transparaître sans les faire vraiment, semble certain d’être digne de la confiance de sa belle, il lui donne tout autant de raisons de douter. Et au milieu de ce marasme, les uns et les autres se positionnent. D’un côté Jen, Noah et Morgane encouragent, épaulent, soutiennent et réconfortent la belle quand d’autres comme Timéa et Florian dont le rôle ne cesse de se complexifier, s’acharnent à mettre son histoire en péril et à la perdre davantage.

J’ai eu à plusieurs reprises le cœur serré devant le parallèle cruel de la réussite et de l’échec qui agitent le parcours d’Eva et la fragilisent. En effet, si elle monte très haut dans la réussite et le bonheur, les chutes sont vertigineuses et la jeune femme n’est certes pas épargnée. Quelquefois, les invectives ont fusé contre cette auteure cruelle qui malmenait ainsi son héroïne dans l’équilibre aussi précaire mais finalement sublime que celui d’une mémorable ganache rose-framboise-chocolat blanc, douce et acide, sucrée mais pas écoeurante.

Car bien sûr, le métier et la passion d’Eva ne restent jamais loin et donnent lieu à quelques scènes purement alléchantes et dont l’impression visuelle et gustative m’ont paru presque sensibles à la lecture. Survivez à la description du concours sans aucune envie de grignotage et je vous regarderai avec un œil brillant d’admiration. Car pour ma part, j’ai été à la limite de demander à Chrys où on pouvait se procurer les merveilles qu’elle décrit pour balancer par-dessus bord régime et sagesse calorique.

 

Mais au-delà de la pâtisserie et de la passion qui habitent Eva et Morgane, cette deuxième partie m’a surtout ballotée dans une tempête de sentiments qui ont malmené les personnages autant que les lecteurs. Le mystère qui se répand, semble se résoudre pour mieux s’épaissir, joue avec les nerfs de la belle comme avec les nôtres.

Et c’est quand on croit que tout est perdu que tout s’éclaircit pour mieux s’assombrir dans un tournis qui fait qu’à quelques pages de la fin je ne savais toujours pas si j’allais finir avec les kleenex et une grosse tablette de chocolat anti-déprime ou les kleenex des fins heureuses et un wedding-cake de circonstance.

Ne comptez pas sur moi pour vous donner ni la clef du mystère ni le dénouement de l’histoire, sachez juste que jusqu’à l’ultime seconde, Chrys Galia ne glisse pas dans la facilité comme d’autres sur la ganache chocolat.

 

 

Au final, j’ai été conquise par l’histoire autant que par la façon de la mener, par l’équilibre ténu entre drame et comédie et j’ai hâte de savoir quelles petites merveilles Chrys nous concocte pour la suite.

Une nouvelle fois, je tenais à remercier les Editions Addictives de m’avoir confié ce Service Presse et donné la chance de mettre en lumière Sous ton masque et surtout Chrys pour sa disponibilité et la bienveillance dont elle a fait preuve à mon égard.

N'hésitez pas à me laisser un petit commentaire